PARTIE 1 : l’article

Article publié le 9 juillet 2011 sur le site : www.ricky93.fr

 

Le 19 février 2011 à eu lieu la 1e coupe de Nunchaku Artistique organisé par la FFST.

La 1e Coupe FFST de nunchaku va-t-elle redonner du souffle à notre arme favorite ?

Jusqu’à présent, pour faire des compétitions en nunchaku artistique, il fallait aller en Alsace où se trouve le siège de la FINCA (Fédération International de Nunchaku de Combat et Artistique). Depuis début 2011, la FFST (Fédération Française du Sport Travailliste) met en place à son tour des compétitions de nunchaku de combat et artistique. C’est par ailleurs grâce à la FFST que nous faisions quelques compétitions en arts martiaux artistiques sur la région parisienne il y a dix ans.

La 1e coupe FFST de Nunchaku a eu lieu le 19 février 2011 à Saône à 15 minutes de Besançon.

Bon ok, vous allez me dire Besançon, près de Dijon, tout ça ce n’est pas très loin de l’Alsace ! Je ne peux pas dire autre chose que : « Oui vous avez raison mais !… »

Qu’est ce que ça change ?

  • Alors qu’est ce que cela peux bien changer !? Eh bien, vu que la FINCA n’a jamais vraiment bougé pour le développement du nunchaku artistique, il était tant que d’autres s’y mettent. Ok ce n’est que le début ne nous affolons pas ! Mais il faut bien un début à tout et surtout, pourquoi pas eux puisque le FINCA a finalement opté pour un changement de nom et de direction !

En effet, la FINCA, initialement « Fédération International de Nunchaku de Combat et Artistique » veut désormais dire « Fédération Internationale de Nunchaku, Combat complet et d’Arts Martiaux Modernes et Affinitaires ».

Au moins avec tout ça, ils n’ont plus besoin de changer de nom s’ils veulent rechanger d’orientation !!!

  • Et oui, la FINCA c’est surtout du combat complet, entendez par là : grappling, MMA (pas l’assureur bien sûr), jujitsu, etc…

Et surtout, tout se passait en Alsace, du côté de Guebwiller, les stages comme les compétitions, rien de décentralisé. Par contre, si on regarde le calendrier de la FFST pour le nunchaku artistique, on voit des stages et compétitions sur : Metz, Besançon, Paris, Cap d’Ail, etc… Il y a déjà un mieux, il faut passer au côté Ouest de la France maintenant, ce serait pas mal !

  • Espérons alors qu’il y ait une multiplication des compétitions, ce qui aurait pour effet de motiver les pratiquants que nous sommes en nous redonnant un objectif de réalisation. La section Nunchaku de la FFST met également en place des stages, des formations, des initiations et démonstrations pour promouvoir la discipline. Il a donc le nunchaku artistique bien sûr mais aussi le nunchaku de combat.
  • Le niveau va augmenter au fil des ans avec le nombre de pratiquants intéressés car le nunchaku artistique est une discipline qui est encore bien au chaud dans son œuf (et oui depuis tout ce temps !).

Faisant parti des pionniers du nunchaku artistiques français et étant plus un « Dinosaure » qu’un « Bleu », j’ai opté pour l’aide au développement du nunchaku artistique grâce à internet avec ce site (qui n’avait pas du tout cette tête là par ailleurs). J’ai donc mis en ligne des vidéos d’aide à l’apprentissage…

…Et surprise ! En voyant les quelques pratiquants de cette compétition, de cette première Coupe FFST, j’ai pu voir mon style et mes enchainements types que je mets sur ce site. Cela veut dire que mon enseignement porte ses fruits ! Pourtant j’avoue que j’ai peu de temps pour combler ce site avec autant de contenu tel que je le souhaiterais.

J’ai arrêté la compétition en nunchaku artistique il y a 10 ans, en prenant la place de vainqueur de la coupe d’Europe. Il n’y avait pas assez de challenge pour moi à l’époque alors je suis parti vers d’autres horizons car je voyais partir ma motivation… Alors qu’aujourd’hui quand je suis en compétition technique de taekwondo, je me dis : aïe aïe aïe, ça va être chaud encore pour passer ! …Et je voudrais bien un peu moins de monde !

Je vais peut-être finir par reprendre la compétition en nunchaku artistique !! J

…Tout change avec le temps, il faut juste être patient… Attendons alors ce que cela va donner dans quelques années et si cela perdure… Espérons-le, pour l’honneur de la discipline.

Eric ALBASINI

 

 PARTIE 2 : l’interview

 Suite à l’article rédigé par Eric ALBASINI et mis en ligne sur son site www.ricky93.fr, nous avons voulu en savoir plus sur son parcours et sur les raisons qui ont motivées cet article. Nous avons donc décidé de l’interviewer. L’entretien téléphonique s’est déroulé le mercredi 10 août 2011, sous la conduite de Christophe KOZA, responsable du Collège Ceintures Rouges et Ceintures Rouges et Noires à la Commission Nationale Sportive du Nunchaku de la FFST…

C.K : Eric, bonjour, et merci de m’accorder quelques instants. Dans un premier temps, pouvez-vous me préciser la nature de vos activités sportives actuelles ?
E.A : Après avoir pratiqué un certain nombre de disciplines martiales (judo, aïkido, self-défense…) depuis l’âge de 11 ans, je me suis tourné principalement vers le taekwondo. Actuellement 4e DAN dans cette discipline, je dirige un enseignement dans trois clubs de la région Aquitaine, à Génissac, Coutras et Boulias. Mes entraînements m’occupent donc 6 jours par semaine.

C.K : Occupez-vous une fonction au niveau fédéral ?
E.A
 : Je travaille toujours dans le développement et la promotion du taekwondo au niveau régional et fédéral. J’occupe également le poste de responsable régional technique de compétition auprès de la Ligue Régionale d’Aquitaine.

C.K : Vous êtes-vous engagé en compétition ? Concourrez-vous toujours ?
E.A
 : J’ai régulièrement participé à des compétitions régionales, me qualifiant également pour les nationales. Cette saison, j’ai notamment été finaliste du Tournoi International de Monaco. Je concours en catégorie technique, ce qui présente moins de « risques » d’un point de vue physique ou santé.

C.K : Vous avez également pratiqué le Nunchaku…. ?
E.A
 : En parfait autodidacte. Séduit par les films de Bruce LEE, je me suis passionné pour cette arme. Et puis, le temps passant, je recherchais un « défi » quelconque, c’est-à-dire de la compétition. Je me suis affilié à la FINCA, participé à des tournois, si bien qu’au final, j’ai remporté le Grand Prix d’Europe 2002 en Free Style.

C.K : Pourquoi avoir arrêté en si bon chemin ?
E.A
 : Par manque de motivation d’abord, puisque j’étais isolé dans mon coin. Ensuite par manque de structure ou d’organisation, peu de stages étaient organisés, les objectifs des structures en place n’étaient pas clairement définis… Et puis, le nunchaku artistique était plus ou mois laissé à l’abandon.

C.K : On en vient donc à l’article que vous avez mis en ligne sur votre site ; quelle en est la raison ?
E .A
 : Quand j’ai appris que la CNS/FFST organisait une compétition à Besançon en février 2011, j’ai constaté que l’artistique n’était pas laissé de côté, et prenait une place intéressante. Ca m’a donc donné un petit coup de punch, ça m’a laissé entrevoir un avenir probable pour le nunchaku artistique.

C.K : Vous savez que la CNS est très jeune ; donc tout ne se fera pas rapidement malheureusement !
E.A
 : Ce n’est pas grave, l’essentiel étant déjà d’avoir l’envie, la volonté de faire bouger les choses. Malgré une certaine médiatisation les années passées, le nunchaku reste encore très marginalisé… Peu de gens arrivent à discerner le nunchaku du karaté ou du kobudo, bien que, de votre côté, vous fassiez le nécessaire pour changer cette image.